Mon évolution en tant que photographe de famille

25 Jan 2023 | Mon histoire | 0 commentaires

Bon, je pense qu’il est nécessaire de faire un petit voyage dans le temps pour vous montrer tous le travail et le cheminement qui ont été fait pour devenir la photographe de famille que je suis aujourd’hui !

Je vous ai déjà expliquer l’essentiel de mon histoire avec la photographie ici : Mon histoire avec la photographie de bébé et de famille. Or, si vous voulez plus détails (et d’illustrations), c’est dans cet article que vous les trouverez.

Comment suis-je devenue photographe de famille professionnelle ?

Commençons d’abord par le début et découvrez mon secret (qui n’en sera plus un d’ici quelques secondes) pour me lancer en tant que photographe professionnelle : L’INCONSCIENCE ET LA NAÏVETÉ.

Oui, j’avais 20 ans, j’étais jeune, insouciante et rêveuse et, parce que je m’amusais bien à faire des portraits de ma copine, je me suis dit que j’allais devenir pro. Oui, comme ça !

Bon, pour re-situer, on est en 2011, je suis en pleine année sabbatique après des tests foireux d’études suivant l’obtention de mon Bac Général ES, et JE NE SAIS PAS QUOI FAIRE DE MA VIE ! On a beau dire, à 20 ans, ce n’est pas évident de savoir ce qu’on veut vraiment…

J’avais évidement quelques prédispositions à l’art et la musique mais, n’ayant jamais été très bien orientée au lycée, j’ai suivi un parcours généraliste qui ne m’a servi à RIEN.

 

Bref, je fais quelques petits boulots bidons et m’amuse à faire ce genre de photos avec ma copine :

Ça n’était pas le même style qu’aujourd’hui n’est-ce pas ? (rire)

En attendant, c’était bien sympa ! Je commençais d’ailleurs, en parallèle, à m’intéresser un peu aux logiciels de retouches et à la technique photo.

Puis je continue en réalisant d’autres portraits de jeunes filles et de jeunes hommes que je poste sur Facebook. Des inconnus commencent ainsi à me demander de réaliser des photos d’eux, puis des familles elles aussi. “ Ah oui ? comme ça ? si facilement ? Et bien, j’ai trouvé mon métier ! ” C’est ce que je me dis en 2012. Puis j’ouvre très simplement mon auto-entreprise en février ! Youhou !

De photographe généraliste à photographe de famille

Je me lance donc en tant que photographe professionnelle début 2012 et rencontre l’amour de ma vie en octobre de la même année. Je galère les premières années mais investis beaucoup d’argent dans du matériel de studio que j’utilise dans une grande pièce que je monopolise chez mes parents. Ça n’était pas aussi facile que je l’imaginais finalement…

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Les perspectives de vie auprès de mon amoureux me motivent et, je prends un emploi à coté un peu plus tard pour investir plus sérieusement dans du matériel (encore) et des formations. (C’était indispensable finalement !) En 2014, on part tous les deux pendant 2 mois pour un RoadTrip improvisé aux Etats-Unis et je reviens boostée comme jamais ! Je suis toujours photographe généraliste et fait autant de portraits, que de mariages et photos de famille. Je m’inscris ensuite à mon premier salon du mariage et explose ainsi mon année 2015 !

À ce moment là, je suis heureuse car je me débrouille vraiment bien en photo et mes clients sont contents. Je suis toujours en double emploi car j’ai un objectif : ouvrir un vrai studio photo !

Je me débrouille en tant que photographe de mariage et de famille, mais le style de mes photos est assez classique. Je fais la différence par ma personnalité mais mes images manquent encore de quelques choses à mon goût. (Elles manquent encore un peu de techniques aussi…)

Je fais d’ailleurs une petite parenthèse pour remercier toutes les personnes qui m’ont fait confiance à mes débuts. Je ne serais pas où j’en suis aujourd’hui sans vous, sachez-le ! Certains sont même encore ici, à me suivre et me faire confiance, années après années. Je suis si touchée que vous ayez contribué avec moi à cette réussite !

Ce n’est pas tous les jours évident de cumuler 2 emplois mais, je garde le cap et chemine à mon rythme.

Puis arrive le désir d’un premier enfant : mon rêve absolu depuis petite !

Je me plonge ainsi dans les méandres d’internet pour m’imprégner de toute l’ambiance de la maternité et des joies d’être parents. Je scrute Pinterest, je me nourrie de blogs de Maman, je zieute les tonnes d’images de grossesse… Bref, quand je vous dis que j’en rêvais, ce n’était vraiment pas une blague !

Or, il y a problème quand on rêve éveillé : on ne se projette que dans le beau. Cela s’apparente carrément à un fantasme, qu’on se le dise. Et avec tout le contenu ingéré à l’époque, qui clairement, était fantasmagorique aussi, je suis arrivée dans le monde de la maternité telle une enfant dans le Monde de Disney.

Et si vous avez bien lu mon histoire avec la photographie de bébé et famille, vous avez compris que j’ai vite déchanté -rire-. Loin de moi l’envie de vous dégoûter de la maternité et de la parentalité bien sûr ! Je suis la plus heureuse au monde d’être Maman et d’avoir les deux trésors de ma vie auprès de nous. Le problème était l’image idéalisée et improbable que je m’en était faite. Et cette image, elle a eu impact sur ma vie personnelle ET professionnelle.

2016 : ma fille est née et je décide de me spécialiser photographe de famille en Provence

Quand on dit qu’un enfant ça chamboule, c’est vrai !
Lorsque ma fille est née, j’ai changé beaucoup de choses. Mon intérêt n’étant porté plus que sur elle et l’univers qui gravitait autour de sa vie, je décide de devenir photographe de famille exclusivement ! J’entends photographe de grossesse, bébé et famille évidemment.

ET je quitte mon emploi secondaire pour m’occuper d’elle et développer, encore plus, ma petite entreprise en parallèle.

Clairement influencée par le contenu qui m’avait nourri durant plusieurs mois, je photographiais toujours en studio. Je tentais la photographie de nouveau-né posée (dans des paniers, avec des couronnes…). J’achetais des robes de grossesse, des voiles…

En parallèle, je photographiais ma poupée au quotidien , à la sortie de son bain, en train de faire ses premiers pas etc.

Je participe aussi à la formation la plus impactante de ma vie de photographe (bébé au sein ) puis ouvre ENFIN mon studio photo en 2017 : concrétisation ultime !

Mes photos à ce moment là :

De photographe de famille en studio à photographe de famille au naturel

 

Deux années environs s’écoulent avant que je prenne conscience d’une chose : je préfère les photos naturelles de ma fille. (Ça se voyait déjà sur mes images d’ailleurs.)

Dit comme ça, on a l’impression que le déclic s’est fait en un claquement de doigts. En vrai, c’était long et chiant. J’étais clairement prise entre 2 mondes : celui des réseaux (de ce qui se faisait) et le mien. Mais dans mon monde à moi, je n’aimais plus trop ces photos et j’adorais celles plus spontanées de ma fille qui la représentaient tant !

En plus, 80% des demandes de séances photos que j’avais à l’époque étaient pour des photos en pleine nature. Je communiquais autant pour le studio que l’extérieur pourtant ! Mais je pense que déjà, par mes écrits et valeurs mises en avant, les familles que j’attirais souhaitaient des photographies naturelles.

Je décide donc de fermer mon studio en 2019 pour me consacrer exclusivement aux séances photos en extérieur et à domicile.

Mais tout se chamboule dans ma tête et je ne parviens pas vraiment à assumer mes choix dans cet océan de contradiction…

Cela fait 7 ans que je suis photographe professionnelle, que j’évolue et travaille avec passion et détermination. Cela fait 7 ans de remises en questions, de changements, de chamboulements : je n’en peux plus mais je continue. Et puis à ce moment là, les photographies que je réalise me parlent vraiment donc bon…

Puis l’envie du deuxième bébé débarque ! Puis confinement !

Confinement, grossesse ? Il est tant d’en profiter pour arrêter la photo !
(sauf celles réalisées pour nous bien sûr)

Je fais une méga pause (forcée) et part dans un délire de création de cubes en bois pour enfants avec mon amoureux. Je me lance sur Instagram et ouvre une boutique en ligne. Ça cartonne très vite et je passe mon temps à emballer et poster. Un congé maternité ? C’est quoi ? -rire- Non, en vrai, je me suis un peu arrêtée mais, travaillant de la maison, c’était facile d’allier travail et bébé. (Vive le porte bébé d’ailleurs !)

Arrêter le métier de photographe pour mieux reprendre !

 

Vous voulez que je vous dise ? Cette histoire de cubes, elle m’a vite soulée ! Emballer et poster toute la journée n’était pas vraiment pas fait pour moi ! Ce que j’aimais dans cette activité, c’était communiquer sur les réseaux et photographier nos jolis produits en bois, bien mis en scène dans le quotidien de nos enfants…

Ce que j’aimais vraiment c’était : connecter avec d’autres personnes et photographier. Surprenant ? Pas vraiment !

Je ne sais pas si on peut parler de vocation mais je crois que le métier de photographe, il est vraiment fait pour moi !

Je refais quelques photos tranquillement, sans pression pour profiter de mon fils (toujours mes bébés en priorité) puis reprends officiellement au Printemps 2022 !

Mais cette fois-ci, ATTENTION ! Plus sereine et confiante que jamais, je reviens en mode déterminée ! (Ça du bon les pauses et l’introspection…) Je sais ce que je veux et pourquoi je le fais. J’ai des valeurs dont je suis fière et je souhaite les assumer (enfin) ! Pour mes enfants, pour vous et pour moi.

Je ne suis certainement pas la photographe de tout le monde, mais je suis la photographe des familles simples et naturelles, qui veulent des souvenirs qui leurs ressemblent.

Je suis donc photographe de famille au naturel !

 

Et j’en suis fière !


Je sais réellement pourquoi la photographie est importante à mes yeux aujourd’hui alors que je m’étais lancée sans aucune raison auparavant. Les choses n’arrivent pas au hasard parait-il ! J’y crois maintenant.

Et lorsque je me suis questionnée sur le sens qu’ont les photographies pour moi et que j’ai observé mes propres expériences avec elles, j’ai compris. Mais c’est une autre histoire que je vous raconterai peut-être une prochaine fois, qui sait !?

En attendant, je vous souhaite l’harmonie dans le déséquilibre de la vie. Je vous souhaite le bonheur et des tonnes de photos souvenirs évidemment !

Sara

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *